Patrimoine Horticole Lorrain
Patrimoine Horticole Lorrain
La Lorraine notre signature

La capitale de l'horticulture

Le XIXème siècle est une époque importante pour l'essor de l'horticulture, notamment grâce au développement des transports et des voyages. La Lorraine a longtemps été considérée comme la "capitale internationale de l'horticulture". Elle doit cette réputation à quelques grands botanistes, dont les travaux d'hybridation ont été largement récompensés à travers le monde. A l'époque, ces passionnés des plantes ont tissé des liens importants avec des artistes de l'Art Nouveau, notamment Emile Gallé, avec qui ils ont fondé la Société Centrale d'Horticulture de Nancy.

Victor Lemoine

(1823-1911)
Victor Lemoine, né à Delme, est le maître absolu de l'hybridation horticole, faisant de la Lorraine la "capitale de l'horticulture". Il a créé plus de 6000 cultivars : 71 weigelias, 214 lilas (french lilas aux USA), plus de 150 bégonias, plus de 450 fuchsias, plus de 395 glaïeuls, sans compter les deutzias, hortensias, pivoines, pélargoniums, clématites, pourpiers, spirées, potentilles, ... .

Issu d'une famille de jardiniers, il ouvre son premier établissement horticole à Nancy en 1849, et commercialise sa première hybridation dès 1852. Ses créations sont récompensées à plusieurs reprises, comme lors de l'exposition universelle de Paris en 1889. Voisin et ami d'Emile Gallé, ils sont tous deux fondateurs de la société centrale d'horticulture de Nancy.

Très impliqué dans la ville de Nancy, il dédiera à la ville et à la région plusieurs plantes, comme "gloire de Nancy"... . Son fils Emile a ensuite repris sa succession, contribuant encore quelques années à l' étoffement de la collection.

François-Félix Crousse

(1840-1925)
Né à Nancy d'un père horticulteur, il a repris l'activité familiale dès 1865 après une formation chez Auguste Calot. Ses terrains étaient situés dans le quartier de la commanderie, où l'on trouve d'ailleurs aujourd'hui la rue des Bégonias. Véritable passionné, il possédait des collections tropicales d'orchidées et de palmiers très rares.

Considéré comme le spécialiste mondial des bégonias, il a aussi créé de nouvelles variétés de pivoines, de géraniums, de chrysanthèmes ou encore d'orchidées. Il s'est fait connaître lors des expositions universelles de Paris en 1878 et 1889, où il a respectivement été médaillé d'or et d'argent.

Beaucoup des amis de la famille Crousse étaient des artistes de l'Ecole de Nancy, particulièrement Emile Gallé avec qui il a, entre autres, fondé la Société Centrale d'Horticulture de Nancy en 1877, et à qui il dédia les deux bégonias "Emile Gallé" et "Mme Emile Gallé".

Léon Simon

(1834-1913)
Né à Metz, il a décidé de quitter la Moselle annexée en 1870 pour s'installer à Nancy. Issu d'une famille de jardinier, il a tout de même conservé le contrôle des pépinières familiales Simon-Louis. Spécialiste des fruitiers et des roses, il publie en 1899 la "nomenclature des noms de roses" avec Pierre Crochet et le "guide de l'arboriculture". Elu président de la Société Centrale d'Horticulture de Nancy à sa création en 1877, il reçoit lors de son départ en 1901, une magnifique coupe réalisée par Emile Gallé où était gravé "La Société d'Horticulture de Nancy - À son affectionné président Honoraire Léon Simon".


D'autres noms ont marqué l'histoire horticole lorraine comme François Gerbeaux (1830-1904) et Dominique Alexandre Godron (1807-1880)

Les obtenteurs